Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2017

C’était très lointain et très ensoleillé

Au mois de mars 2017, j’ai participé à une sacrée expérience pour moi, brave alsacienne amatrice de tartes flambées et trouvant qu’il fait un peu trop chaud hors de mon appart: une navigation en catamaran dans les îles Grenadines! De quoi je me souviens le mieux, dans ces 10 jours?

 

Je me souviens quand on a tous fait connaissance dans le bus qui nous a emmenés de l’aéroport jusqu’à la marina. Ca jouait à la guitare et chantait très fort. “Ma famille habiteuuuu dans le Loir et Cher, ces gens-là ne font pas de manièèèèèères…”

Je me souviens après avoir savouré mon tout premier Planteur avoir été bien malade pendant toute la première navigation de nuit, sur une mer bien houleuse.

Je me souviens que Bruno nous a préparé avec amour des plats…. loin d’être petits! Master Chef à bord, même quand la cuisine se transforme en Space Mountain, il arrive à nous servir du gratin de patates douces ou des ananas farcis aux crevettes, maïs et accras. Nous on lui avait juste suggéré une simple petite salade mais bon, maintenant que c’est servi…. :)

Je me souviens de mes initiatives de brave moussaillon. J’ai pu réaliser de superbes noeuds  sur le bastingage, et j’ai appris à affaler le génois. Admiratif de mon bel ouvrage, notre vénérable skipper m’a même mise à la barre! (mais il est fou!!) Je peux affirmer qu’en ligne droite de 2 miles sur mer très calme, personne n’est aussi excessivement absorbé que moi!

19.jpg

Je me souviens de l’ambiance musicale à bord garantie par DJ Seb! Si la navigation était bien calme, nous passions tous des heures à jouer à son jeu de cartes musicales. Et en soirée, notre interprétation groupée de J’ai encore rêvé d’elle au son de sa guitare a tenu éveillé bien des voisins.

Je me souviens qu’une fois à terre, nous avons fait des tas de belles découvertes: les sources chaudes sulfurisées de Ste Lucie, l’île aux iguanes de Tobago Cays, le village multicolore et les pentes raides de Mayreau. C’est d’ailleurs là-bas que sur un stand d’artisanat, j’ai vu ce slogan “Venez, et oubliez que le monde existe”. Particulièrement adapté…

Je me souviens de mon baptême de plongée sous-marine à Bequia. La préparation rigoureuse, le formateur très pro et surtout, la vie sous-marine incroyable n’ont pas eu raison de ma nature anxieuse. C’est donc par 3m de fond, cramponnée à notre instructeur, que j’ai pu découvrir les oursins géants, les canyons grouillants de bébêtes, les raies gracieuses, et tellement de poissons en plein carnaval! Promis, la prochaine fois, je serai plus détendue!

Je me souviens de la franche camaraderie au sein de notre fier équipage: chorégraphies sur le CD de Lala Land, cramponnage collectif en cas de houle, les soirées costumées pour rejoindre les autres équipages à terre (ah la belle bande de pirates à froufrous que nous formions!), les séances de réécriture de chanson française pour les prochaines épreuves collectives, les apéros conviviaux et trop copieux (Bruno, on avait dit “simple”) etc….

Résultat des courses, j’ai l’air bien fine quand 6 collègues me demandent en file indienne comment c’était, la navigation à l’autre bout du monde. Mais j’ai trouvé une réponse concise et pas trop loin de la réalité. “C’était très lointain et très ensoleillé”.

 

Héloïse ABT

Écrire un commentaire